Evénements

H6, l'hôpital du peuple au mk2 Bibliothèque

Jan 13, 2022
Irène Schrader

Nous avons eu le plaisir d’assister ce mardi 11 janvier à l’avant-première du film H6: l'hôpital du peuple de Ye Ye, en collaboration avec Nour Films, France China Foundation, et mk2. Le documentaire a été sélectionné officiellement au Festival de Cannes 2021 et explore le cadre public de l’hôpital numéro 6 à Shanghai à travers cinq patients de tout âge et leur familles. La plupart d’entre eux viennent d’autres régions de Chine dans l’espoir de se faire soigner, n’ayant pour autant la garantie qu’ils rentreront guéris. Comme Ye Ye l’a expliqué dans la discussion qui a suivi l’avant-première, l’une de ses ambitions était de communiquer à travers le film la résilience commune des chinois, et leur facilité particulière à s’adapter aux aléas de la vie.

Discussion avec Ye Ye
Discussion avec Ye Ye

Les patients et leur famille font face à l’incertitude de l’avenir, et à des dilemmes aussi moraux que sociaux.

Un paysan doit choisir entre l’endettement de sa famille et sa mort certaine, un vieil homme n’a d’autre solution que vendre son appartement afin que sa femme puisse continuer ses traitements, un père dont la fille a été hospitalisée suite à un accident de voiture ne sait pas commencer annoncer la mort de sa mère décédée sur le coup, et le père et grand-père d’une petite fille victime d’un accident de bus se battent pour que la compagnie de bus paie les soins. De plus, on suit de temps à autre le parcours d’un homme qui achemine lentement Shanghai et les couloirs d’H6 pour faire traiter son genou cassé.

Malgré la grande variété de situations représentées, il aurait été parfois intéressant de recueillir des perspectives de ceux qui sont privilégiés du système médical, afin qu’un portrait plus détaillé puisse être fait sur l’écart vertigineux qui subsiste entre différentes classes sociales.

© SaNoSi Productions

Le film nous donne aussi un aperçu du fonctionnement d’un hôpital chinois grâce à quelques séquences dédiées au quotidien du personnel et au quatre-coins de l’établissement: les couloirs où dorment les proches des patients, des halls d’accueil bondés, et des laboratoires préparant les perfusions avec le rythme d’une usine. On se familiarise notamment avec un ostéopathe dont la franchise nous fait sourire, et d’une aide-soignante qui travaille à l’H6 depuis plus d’une vingtaine d’années. Sachant que ces routines ont été filmées il y a quelques années, on ne peux s'empêcher d'imaginer la gestion de notre crise sanitaire actuelle dans le milieu hôspitalier en Chine.

Ye Ye équilibre intimité et pudeur, sans jamais atteindre le voyeurisme ou la dramatisation.

Les thèmes abordés tels que les failles du système de sécurité chinois, l’endettement (et l’argent en général), et les questions de vie et de mort suscitent beaucoup d’émotion et portent à réflexion. Malgré ses sujets qui côtoient parfois la tragédie et même le fatalisme, H6 contient une part de tendresse qui est notamment visible à travers des preuves d'amour inconditionnel, tel que le père qui chante pour sa fille dans les couloirs de l’hôpital en dehors des courtes heures de visite et le vieil homme qui s’occupe fidèlement de sa femme jour après jour. Malheureusement, la traduction des sous-titres a par moments omit quelques nuances émotionnelles ainsi que des bouts de conversations qui auraient pu accentuer les thématiques du film.

Beaucoup, en sortant de la salle, étaient bien trop absorbés dans leurs pensées pour pouvoir parler de leur ressenti. C’est bien la meilleure façon de décrire l’effet de H6: on se sent immergé dans des émotions durant tout le long film, mais laissé avec maints pistes de réflexions une fois terminé. 

H6 sortira le 2 février en salles. Impatients? Vous aurez aussi l’occasion de le voir exceptionnellement à mk2 Odéon le 25 janvier.

En savoir plus:

Lire nos autres articles